Accompagner les enfants hypersensibles, une évidence

Quand j’étais enfant puis ado, personne ne s’est jamais préoccupé de mon hypersensibilité. j’ai du gérer et m’adapter seule face aux stimuli incessants, aux émotions qui débordent, aux ressentis dont on ne sait pas quoi faire.

je me suis sentie tellement différente et anormale…que c’est tout naturellement qu’aujourd’hui, je reçois les enfants hypersensibles en consultation.

En arrivant au cabinet, ni eux ni leurs parents ne savent qu’ils sont hypersensibles, c’est souvent un soulagement quand ils entendent ces mots, les explications, les conseils.

Car tout comme moi, ces enfants se demandent s’ils ne sont pas fous. Les voilà alors rassurés de découvrir leur mode de fonctionnement, qui n’a rien d’une anomalie !


C’est quoi être hypersensible ?

Ce n’est pas forcément facile de caractériser un enfant hypersensible car cela peut se manifester de bien des manières.

Certains sur-réagissent à tout. Ils passent du rire au larmes, en passant par la colère et sont submergés par leurs émotions. Ils ont ce côté « éponge » qui absorbe tout de l’environnement, les pensées, les douleurs, l’ambiance, les conflits, etc

Certains auront un seuil de tolérance  au bruit très bas. Ils peuvent ne pas supporter les odeurs, les vêtements qui grattent, qui piquent, qui collent. Depuis tout petits, mes enfants coupent systématiquement les étiquettes des vêtements qu’ils trouvent insupportables !

Ils peuvent se montrer tatillons sur la nourriture, aiment un plat un jour, le détestent le lendemain et ne supportent pas certains aliments ou certaines textures.

Globalement, ils aiment la liberté, la liberté de mouvements dans les vêtements qui ne les serrent pas trop et qui ne sont pas trop raides. La liberté de pouvoir s’éclipser, s’isoler si besoin, la liberté d’être écouté, compris sans jugement.

C’est à vous, parents, de veiller à ce que ça ne déborde pas.

Comment l’aider ?

Le soir, après l’école, votre enfant peut être très triste ou s’énerver pour un rien. Il a juste besoin de décharger toutes les tensions, toutes les émotions qu’il a accumulées pendant la journée.

Il faut l’aider dans cette démarche en lui apprenant à faire des exercices comme l’ours, le cheval ou le tigre (voir plus bas). Il peut aussi taper dans des coussins pour ne pas tout garder en lui !!!

Tout cela peut constituer un jeu qui permet à toute la famille de passer une bonne soirée !

L’enfant hypersensible est souvent une éponge comme je l’ai déjà dit. Il ressent les émotions des autres et même parfois, leurs douleurs. Il sait comment vont ses camarades, sa maîtresse, ses parents…

Bien souvent, il ne fait  pas la différence entre ces ressentis qui viennent de l’extérieur et ses propres ressentis. Il peut alors exprimer la colère de sa maîtresse, la maladie d’un copain de classe…

Certains sont clairvoyants ou même médium,  c’est à dire qu’ils ont un lien très fort avec les mondes invisibles. Ne vous moquez pas de lui s’il parle de bruits dans sa chambre, de présences ou de personnes qui lui font peur dans le jardin.

Je vois, très souvent, des enfants très perturbés parce qu’ils voient un voisin ou une mamy décédés. On leur dit que ce n’est pas possible, ce qui les perturbe encore plus car, eux les voient justement !

Les parents sont très mal à l’aise avec ce type de comportement car les adultes ont peur de la mort et si l’enfant parle de sa mamy ou de son papy décédés, les parents sont trop touchés pour pouvoir écouter ce que l’enfant leur dit.

Écoutez le, prenez le au sérieux.

En général, à partir de l’entrée à l’école, les enfant se sentent mal car ils comprennent alors que tout le monde ne fonctionne pas comme eux. On leur dit que certaines choses n’existent pas et les longues journées de crèche ou d’école sont totalement épuisantes pour ces enfants.

Les parents sont la plupart du temps, démunis devant leurs réactions et leurs comportements.

Les enfants peuvent alors s’enfermer dans le silence et le mal être ou essayer d’être coûte que coûte comme les autres, ce qui génère aussi de la souffrance puisqu’ils n’y arrivent pas !!

Bien souvent, ces enfants sont ce qu’on appelle « haut potentiel ». Le haut potentiel n’est pas forcément le premier de la classe hyper fort en maths comme le veut le cliché. Être « haut potentiel », c’est avoir un autre vision du monde et donc un autre fonctionnement. Aider l’enfant va donc passer déjà par l’acceptation de cette différence par les parents et la prise de conscience de l’enfant qui va retrouver confiance en lui.

Dans une société où il est très mal vu de montrer ses émotions, nommées sensiblerie, où il faut être fort, ne pas pleurer, ne pas se mettre en colère, ne pas rire trop bruyamment, ces enfants qui ressentent leur environnement et réagissent un peu plus que les autres, peuvent vraiment se sentir mal et exprimer de différentes manières leur souffrance qui n’est pas assez entendu.

Conseils

1- écoutez

2- ne vous moquez pas

3- créer des espaces d’expression des émotions avec des exercices, du dessin, de la danse, chanson, sport…

4- s’il pleure ou est en colère, ne lui demandez pas pourquoi, aidez le à exprimer son émotion, accompagnez-le simplement

5-autorisez le à sortir de table si l’ambiance  est tendue ou si vous êtes à une fête avec beaucoup de monde

6- certains supportent difficilement les lieux bondés, n’insistez pas

7- laissez tomber les principes éducatifs traditionnels, ils sont catastrophiques pour ces enfants

8- ne le forcez pas à faire une activité s’il ne veut pas mais des activités peuvent l’aider (voir 3)

9- faites vous aider

10- faites lui confiance dans le choix des vêtements, des oreillers, des couleurs, des aliments, il sait ce qui est bon pour lui ! Même s’ils peut compenser le trop plein par la nourriture rassurante…

Il ne faut pas préserver ces enfants en les mettant dans un cocon. Ils savent tout, entendent tout, comprennent tout donc ça ne sert à rien de ne pas leur dire certaines choses bien au contraire…Il vaut mieux être clair avec eux et dialoguer.

Mais il faut savoir s’adapter à leurs besoins qui changent avec l’âge. Il ne faut pas forcer à faire une activité, aller à l’école, voir mamy…

Il arrive dans l’année que mes enfants craquent et ne veuillent plus aller à l’école. Je les garde une journée à la maison, une journée où ils sont dans le calme, le silence éventuellement, sans obligation, sans pression et ça suffit pour que le lendemain ils repartent avec un grand sourire et de la motivation.

Il faut vraiment oublier les obligations et le qu’en dira t’on avec ces enfants, il faut les écouter eux !

A faire avec les enfants !!!

Ces 3 exercices permettent de sortir les émotions et de lâcher les tensions. Je les conseille le soir quand tout le monde se retrouve mais on peut aussi pratiquer en préventif ! N’hésitez pas à en inventer d’autres avec votre enfant !!!!

exercice du tigre :

Imaginez que vous êtes un tigre, toutes griffes dehors et rugissez tout en donnant de gros coups de pattes. (on peut penser à un événement en particulier quand on fait cet exercice)

exercice du cheval :

Le cheval, régulièrement, souffle très fort par les naseaux. Il fait alors un bruit caractéristique qu’on peut imiter. Cet exercice permet de lâcher des tensions avant ou après un événement.

exercice de l’ours :

On s’imagine être un ours énorme et on tape des pieds en agitant les mains vers le bas. On peut aussi rugir, grogner. (pour les parents et les plus grands : on prend conscience qu’on jette avec les mains tout ce qui a été trop lourd pour nous dans cette journée)

#hypersensible #hautpotentiel #enfants #tigre #émotions #éponge #ours #cheval

© 2018 Patricia Pluvinet. Photo accueil Latifa Messaoudi