Je ne sais pas dessiner !


Cette phrase, je l'entends très souvent lorsque je parle de mon activité qui allie mouvement, dessin et écriture, et certaines personnes peuvent se retrouver complètement bloquées devant une feuille blanche tellement cette croyance est forte.


Moi aussi, je suis passée par là ! J'ai longtemps été persuadée que je ne savais pas dessiner et il était hors de question que je touche un crayon.

Je n'aurais sans doute pas aimé faire appel à un art-thérapeute du coup ...et pourtant lors d'un stage de yoga et dessin, je me suis éclatée, complètement plongée dans ma feuille. Je me souviens d'ailleurs de l'étonnement de l'enseignante en me voyant assise au milieu de cette grande feuille, j'avais besoin de cette immersion totale dans ma création, dans mes couleurs et les formes.



Quand j'ai eu mes enfants, ils m'ont demandé de leur dessiner des animaux, des paysages, des maisons et je me sentais tellement mal à l'aise !! Je leur disais systématiquement "mais je ne sais pas faire " ! Mais ils insistaient et étaient toujours émerveillés par les traits qui prenaient corps.


Et moi, je prenais du plaisir !!!

à tenir le crayon, à dessiner, à découvrir mon dessin.

Et ça c'était nouveau, complètement nouveau de découvrir que je pouvais prendre du plaisir en dessinant comme quand j'étais petite.



En fait, je me suis rendue compte que j'avais décidé que j'étais nulle en dessin, toute petite, parce que dans la famille, c'était mon frère qui était bon en dessin alors qu'il décalquait !!!

Lui, il faisait des personnages et moi des paysages très flous. Du coup, on affichait ses dessins à lui, pas les miens !


Et voilà comment j'ai décidé que j'étais nulle !!


Je me suis laissée influencer par des goûts extérieurs et je n'ai même plus voulu goûter au plaisir de prendre un crayon.


Mes enfants m'ont ramenée à ce plaisir et pour un anniversaire, j'ai demandé des carnets, crayons, pastels ...et je me suis détachée du regard des autres, je voulais juste m'amuser.


portrait réalisé quand je me suis lâchée !!!

Dans les séances "La voix du corps", le dessin complète les explorations des thèmes et des problématiques. Il apporte un autre éclairage, de nouvelles prises de conscience et ne s'adresse pas aux mêmes parties du cerveau que l'écriture et le mouvement. " Il inclut une dimension que les mots n'ont pas et révèle parfois des informations qui échappent complètement au conscient." Anne-Marie Jobin (mon journal créatif)

En associant toutes ces pratiques, on peut donc libérer des croyances, des blocages, des souffrances et découvrir d'autres possibilités et les installer et tout ça dans le plaisir !!!


En fait, il s'agit de dessin spontané, il n'est pas du tout question de représenter quelque chose de connu, on laisse le crayon courir sur le papier. On se laisse dessiner.

"Vous ne dessinerez pas, vous tracerez des lignes, vous ferez des tâches de couleur, vous tenterez d'associer ce que vous ressentez à des formes et à des couleurs. L'objectif est de vous exprimer le plus librement et spontanément possible par ce moyen, et plus votre expression sera libre, plus l'effet régulateur sur votre psyché se fera sentir." Anne- Marie jobin



Et si vous êtes encore tendu à l'idée de passer par là, rassurez-vous, dans le processus, le passage au dessin se fait presque naturellement. Et si jamais vos croyances sont plus fortes, nous avons des trucs pour vous amener à vous faire confiance, à vous lâcher, comme dessiner les yeux fermés, par exemple.


Nous sommes tellement conditionnés dans notre société à réussir et à être notés, critiqués et jugés que nous sommes nous-mêmes des juges et laissons tomber tout ce qui apparaît ne pas être à notre portée.

Pourtant, pas besoin d'être Picasso ou Léonard de Vinci pour avoir le droit de s'exprimer.


Si vous avez envie d'expérimenter, je vous invite à tester mes accompagnements individuels ou en groupe.

Un moment où on retrouve la spontanéité de l'enfance et la joie d'avoir osé être spontané !